Inconditionnelle de diététique et d’alimentation, je ne pouvais pas passer à côté du konjac, et vous donner mon avis sur cette plante star des régimes. J’avais déjà entendu parler des qualités étonnantes du konjac et j’ai donc voulu tester son utilisation ainsi que ses propriétés coupe-faim.

Si son usage se répand actuellement en Europe, le konjac fait partie intégrante de l’alimentation asiatique depuis déjà longtemps. On lui confère d’ailleurs de nombreuses propriétés médicinales. Alors le konjac, allié minceur miracle ou nouvelle arnaque commerciale ? Vous trouverez mes explications et mon avis sur le konjac dans cet article.

Promo FLASH : Cure de Konjac de 30 jours offerte

En ce moment, spécialement pour les lecteurs de Med-ed-online, vous pouvez profiter d’une cure de 30 jours OFFERTE !

Avec ce complément alimentaire naturel à base de Konjac, vous allez réellement perdre vos kilos en trop !

Mais attention, l’offre est par contre en quantité limitée, donc ne trainez pas (vous verrez sur la page le nombre d’offres encore restantes).

Il vous suffit ensuite de renseigner votre adresse pour recevoir votre cure de Konjac directement chez vous gratuitement

Vous avez dit konjac ?

Si vous vous y connaissez un peu en régimes, alors vous avez sans doute déjà entendu parler du konjac. Les propriétés coupe-faim de cette plante font l’objet de toutes les attentions ! Mais de quoi parle-t-on exactement ?

Tout comme l’agar-agar, le konjac provient du continent asiatique. On trouve notamment cette plante au Japon et en Chine. La racine parfois gigantesque et d’apparence assez phallique du konjac s’utilise dans l’alimentation. Une sorte de gelée visqueuse est extraite du bulbe que l’on appelle le konnyaku.

la plante de konjac

Bon à savoir :
En médecine traditionnelle, le konjac est principalement utilisé pour lutter contre la constipation légère, grâce à sa richesse en fibres.

Le konjac est également utilisé en Europe comme additif alimentaire dans de nombreux produits industriels. Il est considéré comme un émuslifiant, un gélifiant et un épaississant. Vous le retrouverez sur les étiquettes sous l’appelation E425.

Aujourd’hui, la plante connait une popularité grandissante en Europe, en particulier pour ses propriétés coupe-faim et sa faible teneur en calories.

Notez que le konjac s’intègre parfaitement dans un régime sans gluten.

Comment ça fonctionne ?

Le konjac est quasiment acalorique. Il contient une fibre soluble, le glucomannane. Cette fibre est particulièrement intéressante dans le cadre d’un régime, car 1 gramme de glucomannane peut absorber jusqu’à 200 ml d’eau !

Une fois ingérée, cette fibre va créer une sorte de gel dans votre estomac, qui va vous permettre d’atteindre la sensation de satiété bien plus rapidement. Vous pourrez donc diminuer vos portions sans pour autant vous sentir frustré. Vous mangerez moins, sans ressentir la faim.

De plus, le konjac permet une absorption moindre des aliments. Ainsi, les sucres et les graisses seront moins absorbées par votre organisme, et auront tendance a être plus facilement éliminés par votre organisme.

En bref :
Le konjac est à notre avis un aliment vraiment utile dans le cadre d’une démarche de perte de poids, car elle permettra non seulement de vous aider à suivre votre régime en vous aidant à diminuer vos portions, mais vous aidera en plus à éliminer bien plus facilement les sucres et les graisses que vous consommez.

Ainsi, plusieurs études ont permis de déterminer qu’une prise de konjac en complément d’un régime permettait d’atteindre de meilleurs résultats en termes de perte de poids. 

Quelles sont les précautions à respecter ?

Faites toujours attention à ne pas ingérer du konjac en trop grande quantité. On l’a dit, sa structure fibreuse gonflera dans votre estomac. Si vous en absorbez trop, vous pourrez dès lors ressentir une gêne comme des maux de ventre ou des ballonnements. En effet, il est traditionnellement utilisé pour soigner la constipation légère, si vous en consommez de trop grandes quantités, il pourrait provoquer des diarrhées.

Pensez donc à faire attention les premières fois si vous n’êtes pas familier de cet aliment coupe faim naturel et soyez attentif aux réactions de votre organisme dans les heures qui suivent l’ingestion.

Il n’existe pas de dosage officiel préconisé pour la prise de Konjac. On estime toutefois que la dose recommandée pour la prise de Konjac dans le cadre d’un régime pour perdre du poids revient à 1 gramme par prise, 3 fois par jour à prendre  environ 1 heure avant les repas. Cela va permettre de laisser le temps au gel de se former dans votre estomac.

Difficile de ne pas grignoter entre les repas

Bon à savoir :
Aucun effet toxique du konjac n’est connu à ce jour. Toutefois, si vous êtes actuellement sous traitement médical, il est absolument nécessaire de consulter votre médecin avant de consommer du konjac.

Je vous invite également à lire mon classement et comparatif des meilleurs coupe faim.

Le konjac sous toutes ses formes.

Vous trouverez le konjac dans le commerce sous différentes formes. Il existe bien entendu sous forme de gélules, ce qui permet de faire une cure. Cependant, d’autres alternatives sont à votre disposition.

Comme mentionné plus haut, le konjac se présente également sous forme de bloc un peu visqueux que l’on dénomme konnyaku. Le konnyaku est un ingrédient idéal pour concocter des boissons coupe-faim. Le konjac se consomme aussi sous forme de nouilles qu’on appelle shirataki. On trouve d’autres formes de conditionnement tel le gohan qui s’apparente plus au riz. Vous le trouverez également sous forme de poudre.

Vous n’avez donc que l’embarras du choix ! Vous pouvez vous procurer du konjac dans la plupart des supermarchés ou bien sur des sites de vente en ligne.

présentation du konnyaku

Quelques idées recettes

Le konjac n’a pas de goût. Vous serez ne revanche surpris par l’odeur particulière qui se dégage à l’ouverture des blocs. Pas de panique cependant, cette odeur disparaîtra si vous trempez le konnyaku dans l’eau bouillante. Plus que le goût, c’est la texture qui peut surprendre les premières fois.

Pour tester le konjac sous différentes formes, je vous propose certaines idées de recettes, à décliner selon vos goûts :

Wok asiatique aux shirataki

Ingrédients :

  • 600 g de Shirataki
  • 600 g d’escalope de volaille
  • Basilic (au goût)
  • 1 carotte
  • 180 g d’haricots verts
  • 200 g de pois gourmands
  • 200 g de pousses de soja
  • 3 cuillères à soupe de sauce soja
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Étapes de préparation :

Commencez par faire mariner la dinde dans la sauce soja. Si vous aimez le sucré-salé, vous pouvez aussi y ajouter une cuillère à café de miel. Laissez mariner au moins une heure.

En attendant, cuisez vos haricots à la vapeur ou à l’eau.

Rincez les Shirataki et faites les cuire à l’eau pendant 5 minutes.

Faites chauffer l’huile dans votre wok et faites revenir votre carotte et vos pois gourmands. Ajoutez ensuite la dinde, puis, les shiratakis. Au dernier moment, rajoutez les pousses de soja.

Vous pouvez ensuite servir agrémenté des feuilles de basilic ciselées.

Vous pouvez bien sûr faire varier les plaisirs : choisissez vos légumes préférés, alternez avec du boeuf, agrémentez le plat de vos épices préférées, rajoutez de la sauce aux huîtres, ajoutez de la coriandre, des graines de chia, etc. En bref, vous pouvez utiliser votre imagination pour créer différentes versions de ce même plat !

exemple de plats coupe-faim à base de shirataki

Vous pouvez utiliser le konjac pour remplacer les pâtes et le riz dans beaucoup de vos plats. J’ai également testé le shirataki dans des plats plus européens types pâtes à la bolognaise, mais cela m’a fait une impression bizarre. J’imagine cependant que c’est une question d’habitude, comme lorsque vous passez aux pâtes sans gluten.

Bouillon au konjac

J’ai également réalisé plusieurs essais de bouillon et j’ai adoré ! Je pense qu’en fonction de vos goûts, il est très facile d’intégrer le konjac à vos recettes afin de cuisiner quelque chose qui vous plait, mais qui soit moins calorique et plus rassasiant que dans sa version originale. Voici un exemple de bouillon au konnyaku :

Ingrédients :

  • 1 sachet de konnyaku
  • 3 cuillères à soupe de vinaigre de riz
  • 200 ml d’eau 2 gousses d’ail
  • 2 bâtons de citronelle
  • 25 grammes de gingembre frais
  • 2 carottes
  • persil, coriandre, selon votre goût

Étapes de préparation :

Hâchez l’ail et râpez le gingembre. Découpez la citronelle en tronçons. Dans une casserole, versez l’eau et ajoutez-y le vinaigre, l’ail, le gimgembre et la citronelle. Faites bouillir, puis, laissez infuser pendant 2 heures.

Pendant ce temps, rincez votre konnyaku abondamment et détaillez-le en petits cubes. Ensuite, épluchez et taillez vos carottes.

Après 2 heures, filtrez votre bouillon, et remettez-le sur le feu en y ajoutant les carottes et le konnyaku. Une fois la carotte cuite, servez parsemé de coriandre et/ou de persil ciselé.

Boissons coupe-faim et snacks sucrés

Ce qui est peut-être plus surprenant, c’est que vous pouvez aussi utiliser le konjac pour vos préparations sucrées. Par exemple, pour ma dernière expérience, j’ai réalisé une boisson coupe-faim à base de konnyaku, citron et fraises qui m’a totalement convaincue.

Si vous trouvez du konjac sous forme de poudre, voici une recette de mousse au chocolat délicieuse :

Ingrédients :

  • 100 ml d’eau
  • 1 sachet de konjac en poudre
  • 3 blancs d’oeufs
  • 100 gramme de chocolat noir

Étapes de préparation :

Faites fondre le chocolat dans l’eau. Ajoutez ensuite le konjac et remuez énergiquement.

Montez les blancs en neige, puis, incorporez-les délicatement à votre mélange chocolat-konjac. Versez ensuite dans de petits ramequins, et laissez-les au moins 3 heures au réfrigérateur avant de servir.

Mon avis sur le konjac après essai

Si vous aimez cuisiner, le konjac est un ingrédient vraiment intéressant. Il se décline sous de nombreuses formes et peut être intégré à de nombreux plats. C’est l’occasion de tester ce nouvel ingrédient au gré de vos envies et de vos inspirations ! Au lieu d’utiliser toujours des pâtes et du riz, le konjac peut vous permettre d’apporter un peu de variété à votre alimentation.

Pour ma part, les réalisations à base de konjac m’ont réellement convaincu. J’ai pris garde à manger lentement et me suis sentie rassasiée rapidement. De plus, cette sensation est durable et je n’ai pas ressenti de fringale plus tard dans la journée. À mon avis, la promesse coupe faim du konjac est donc tenue ! Je compte donc bien intégrer les shirataki dans mon régime quotidien afin de limiter mes portions sans efforts.

En revanche, si vous n’êtes pas très branché cuisine, alors vous pouvez le consommer sous forme de gélules avant les repas afin de bénéficier de son effet rassasiant.

Et le prix dans tout ça ?

Les shirataki coûtent souvent plus d’1 euros les 100 grammes à l’achat (on tourne vite autour de 3 euros). Bien entendu, le prix dépendra de votre point de vente. Vous pouvez bénéficier de réductions avantageuses en commandant en ligne.

Bon à savoir :
C’est donc nettement plus cher que les pâtes traditionnelles. Certes, vous serez rassasiés plus rapidement mais il n’empêche qu’il y a un surcoût par rapport à une alimentation classique.

Si vous souhaitez une cure de gélule, le coût oscillera entre 2 et 3 euros par jour.

Asie, berceau du Konjac

Et donc le konjac, ça fonctionne ?

Au terme de cette expérience, je suis d’avis que le konjac peut être un véritable allié si vous souhaitez perdre des kilos. Il faudra en revanche ne pas en abuser. En effet, le konjac cale mais n’apporte pas grand chose à l’organisme en termes de minéraux et vitamines.

Bien que n’ayant pas testé personnellement la cure en gélules, les avis disponibles sur le konjac convergent : cette plante permet de réduire ses portions en toute sérénité. Le côté complètement naturel du konjac en a également séduit beaucoup.

Notre avis sur le konjac en bref :
À notre avis, le konjac est un véritable allié pour votre régime. En revanche, pour une perte de poids conséquente et durable, il faudra en parallèle suivre un régime alimentaire sain et équilibré. Le konjac peut être une béquille dans votre démarche minceur, mais un rééquilibrage alimentaire ainsi qu’une activité physique restent nécessaires. C’est donc un outil pour atteindre vos objectifs.